Justice: SCO game over

La mort de SCOSelon ZDnet, Slashdot et Groklaw, SCO Group s’est mis sous la protection du chapitre 7 de la loi américaine sur les banqueroutes, car les liquidités sont, selon Groklaw, proches de zéro. Cette mise sous banqueroute signifie la fin de la lente agonie de cette société, agonie qui avait débuté en 2007.

La petite histoire de SCO

SCO, créateur et éditeur d’UnixWare et de OpenServer, était « un patent troll » c’est à dire une entreprise qui faisait des procédures judiciaires contre IBM et Novell entre autres sur les prétendus brevets dans le noyau Linux sans en apporter la preuve, affaire qui avait commencé en 2003. SCO a perdu ce procès en 2010, mais continue toujours de faire appel pour demander des dommages et intérêts assez élevés, malgré le manque de liquidités et le jugement rendu en août 2011 qui a réaffirmé la propriété d’Unix à Novell.Guerre des brevets

À noter que cette entreprise avait été sauvée de la faillite en février 2008 par l’investissement à hauteur de 100 M$ d’un membre de la famille royale saoudienne : le prince Al-Walid ben Talal, aidé par le co-fondateur du fond Carlyle Group : Stephen Norris. Ce dernier est aussi fondateur de la société UnXis qui avait racheté SCO group en avril 2011.

Consultez la source | Article initialement publié sur Linuxfr.org sous licence Creative Commons By-Sa | Auteur : pierre_80 |

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*