La distribution Manjaro Linux

Manjaro Linux fait parti de la famille d’Arch Linux. Je vais débuter en présentant brièvement Arch Linux.

Arch Linux, une distribution selon le principe du KISS !

Manjaro Logo

Arch Linux as été lancé par Judd Vinet en 2002 (donc deux ans avant Ubuntu). Il s’est inspiré de la distribution minimaliste CRUX Linux. La distribution est conçue selon la philosophie du KISS qui veux dire « Keep it simple, stupid » (Garde le simple, stupide).

Contrairement aux distributions GNU/Linux destinées au grand public, Arch Linux est vraiment très minimaliste et n’offre que le strict minimum de logiciel et pilotes, on doit donc les ajouter nous mêmes selon nos besoins. Ceci garde la distribution très propre, contrairement aux distributions de type fast food, comme Ubuntu. Aucune interface graphique n’est incluse et nous laisse donc la pleine liberté de choisir. Cette distribution demande un certain niveau de compétence parce qu’on doit la configurer et l’installer à partir de la console, mais elle demeure quand même facile à cause de l’excellent Wiki. C’est une rolling release. Je vais définir plus loin dans cet article ce qu’est une rolling release, Manjaro Linux en étant une aussi.

J’ai été moi-même un utilisateur de cette distribution durant environ deux ans et demi et ai cessé de l’utiliser très récemment pour migrer vers Manjaro Linux. Pour ceci aussi, je vais vous expliquer pourquoi un peu plus loin.

Manjaro Linux, une distribution facile d’utilisation !

Manjaro Linux est un fork (dérivé) directement issus d’Arch Linux don le but est d’en faciliter l’utilisation et l’installation avec un installateur graphique. De plus, elle possède une excellente détection automatique du matériel. Elle est compatible avec les binaires d’Arch Linux. L’interface graphique principale est le XFCE, mais est offerte aussi avec le minimaliste OpenBox. Des versions non officielles sont également offertes par la communauté, comme Enlightenment, Mate (fork de Gnome 2), KDE, LXDE, Cinnamon/Gnome Shell. Les codecs les plus courants sont déjà préinstallés, contrairement à d’autres distributions qui se plient aux lois de certains pays ne le permettant pas.

Manjaro XFCE

J’ai découvert cette distribution parce que je cherchais un remplaçant a ma Arch Linux. J’étais insatisfait de la famille Debian pour des raisons techniques et d’Ubuntu le fork de Debian pour des raisons politiques et techniques (mais c’est pas le sujet de cet article, j’écrirais les raisons dans un autre article éventuellement); Slackware manque de support, contrairement à l’excellent wiki d’Arch Linux; Gentoo m’intéressait beaucoup, mais ayant un ordinateur d’environ six ans, c’est très long de devoir compiler tout les paquets d’installation et mises à jour; enfin, j’aime Fedora, mais je préfère la famille d’Arch Linux. J’ai regardé quelques fork d’Arch mais ils ne me convenaient pas, soit parce que je n’aime pas l’interface graphique offerte (Chakra, ArchBang, CTKArch, KahelOS) ou que ce ne sont pas de vrais rolling release (comme Chakra). La communauté de Manjaro étant bien développée, c’est un plus. Et il y a même un forum francophone (non officiel) pour ceux qui ont de la difficulté avec l’anglais. Moi j’utilise à la fois l’anglais et français.

Ça demande toujours un travail constant de maintenir une Arch Linux, surtout lorsqu’il y a des mises à jour majeures qui demandent plusieurs modifications à faire en mode console. Je voulais la réinstaller depuis quelques mois, mais je manquais de temps, et de plus, c’est encore plus long maintenant que touts les scripts d’installations sont disparus. J’ai besoin que mon ordinateur soit fonctionnel le même jour et c’est presqu’impossible de le faire avec cet OS. Je parle de totalement fonctionnel et non partiellement! Je peux dire que pour mes nombreux besoins, c’est tout un boulot à faire et je le dis par expérience, ayant quand même été un utilisateur de cette distribution durant plus de deux ans! Il reste toujours plein de configurations et ajouts à faire qui en finissent plus et je n’ai pas vraiment le temps à consacrer a cela. Je ne me contente pas d’une installation basique, ayant plusieurs besoins à combler. Ce n’est pas parce que pour vous une installation de quelques heures comble tout vos besoins que c’est le cas pour tout le monde! Je dis ceci parce que j’en ai vu plusieurs prétendre que ça se fait en deux heures! C’est peut-être vrai pour eux et des personnes dont le seul usage est de naviguer sur Internet, lire quelques vidéos et consulter des documents texte, mais pour certains comme moi, c’est vraiment beaucoup plus et souvent pour quelques-uns de ces besoins c’est un vrai effet domino, toutes les dépendances à installer l’une après l’autre et configurer le tout à la main pour y arriver et ceci est impossible à faire en une seule journée dans mon cas!

Manjaro est encore en développement et donc n’est pas encore sortie en version officielle, mais une grande partie du travail est complété et le tout est quand même fonctionnel.

Gestionnaires de paquets

Le gestionnaire de paquets en console est Pacman. Non, le nom n’a pas rapport au jeu Pacman des années 1980 :-), c’est pour package-manager. Il gère des archives .tar, .gz, .bz2 ou .xz qui contiennent les binaires. Manjaro as aussi un nouveau gestionnaire de paquets graphique du nom de Pamac qui en facilite beaucoup l’usage et me fait penser un peu à l’excellent Synaptic de Debian. C’est la team de Manjaro qui l’a développé et il remplace le Pacman-Gui des versions précédentes que je trouvais bizarre, même s’il fonctionnait bien. Lorsque je suis en console, je préfère le Yaourt que je trouve plus pratique que Pacman dont il est un fork. Donc, on a le choix de trois gestionnaires, Pacman, Yaourt et Pamac.

Pamac

Rolling release

Un des gros avantages est que c’est une rolling release. Contrairement aux distributions non rolling release comme Ubuntu, Mint, Fedora, debian stable, etc… la totalité de la distribution peut être mise à jour et on n’a jamais besoin de réinstaller une nouvelle version ayant accès à toutes les mises à jour. Les images de CD/DVD servent seulement à l’installer et ensuite tant que la distribution est supportée, on a plus de besoin de réinstaller. Pour les distributions non rolling release, elles cessent d’être supportées après un certain temps et nécessitent une réinstallation (ou upgrade de version).

Un des reproches que je faisais a Arch Linux est l’empressement de la team à ajouter au gestionnaire de paquets les nouveaux logiciels le jour même de leur sortie, ce qui reste une très mauvaise idée sauf dans le cas de mise à jour critique comme pour les trous de sécurité. En général, c’est durant la première semaine qu’une grande partie des bugs sont découverts et une mise à jour suit rapidement pour les corriger. La team de Manjaro, elle, attend un peu avant d’ajouter les paquets et ceux qui ont le feu au cul pour tout avoir tout de suite comme des enfants gâtés lui font ce reproche, mais pour moi, c’est un gros avantage qui lui assure plus de chances de stabilité.

Une chose que j’aime de Manjaro (et Arch) c’est l’accès au paquets de type AUR (Arch User Repository). Ça donne accès à des logiciels et drivers qu’on n’a pas dans les dépôts réguliers. Mais il faut utiliser cela avec prudence et s’attendre parfois à des problèmes de compatibilité avec d’autres paquets. Comme la team de Manjaro le précise, l’usage des AUR est à vos risques.

Une belle communauté

On a un accès a un excellent forum en anglais et un en français est aussi disponible mais n’est pas officiel et je crois qu’il y a quelques développeurs de France pour la Manjaro. Il y a une belle communauté qui grandi rapidement. Leurs wiki est bien, mais loin d’être aussi complet que celui d’Arch Linux, la distribution étant quand même relative proche d’Arch, on peut souvent y trouver de l’information utile pour notre Manjaro.

Manjaro Forum Fr

Si vous décidez d’installer ou tester la Manjaro, je vous suggère d’ajuster l’horloge de votre ordinateur sur l’UTC et lors de l’installation faire attention de bien choisir votre ville ou si elle n’y est pas, de prendre la grande ville la plus proche de vous ayant la même heure. Si vous utilisez Window$ en dual boot dans le même ordinateur, vous devrez suivre un tuto don le lien est disponible sur le Wiki pour avoir la bonne heure à cause de l’horloge en UTC.

Conclusion

Même si cette distribution s’adresse aux néophytes, personnellement je ne la conseillerais pas pour eux ou du moins pas tant la distribution est en version de développement. Il faut avoir un minimum de débrouillardise, surtout en cas d’incompatibilité entre certains paquets. Par exemple, il y a peu de temps, j’ai dû désinstaller le Package-Query et Yaourt pour pouvoir faire mes mises à jour et ensuite j’ai pu les réinstaller sans problème. Ça a été très facile pour moi, ça mais pourrait être presque la fin du monde pour les non-débrouillards habitués aux distributions qui les prennent par la main, comme Ubuntu. Pour les plus expérimentés, ont peut facilement la bidouiller directement en console d’émulation de terminal. Je me sens plus en contrôle que sur les distributions de type « fast food ».

Si vous être débrouillard et n’avez pas peur du changement, je vous conseille fortement de tester la Manjaro en XFCE.

Consultez la source | Article initialement publié sur Libre-City
sous licence Creative Commons BY-ND | Auteur : Stef20 |

6 commentaires

  1. J’étais avec Ubuntu depuis 5 ans et j’ai fait le saut récemment pour Manjaro. Je suis très ravi du résultat. J’adore cette nouvelle distribution. Faut s’attendre à y travailler un peu, mais avec toute cette communauté prête à nous aider, on trouve toujours solutions aux problèmes. Je me suis même surpris à compiler des paquets AUR tellement l’excellente documentation rend les choses accessibles et et pas très compliquées.

  2. Si je reprend les arguments développés :
    – simple d utilisation
    – choix de l interface
    – principe du rolling release
    – gestionnaire de packets
    – communauté présente.

    As tu essayé PC BSD ?
    – PCBSD est une surcouche de Free BSD, donc techniquement c’est du lourd.
    – choix de l interface (XFCE, KDE, GNOME2, (GNOME3 non supporté officiellement mais ca marche tres bien 🙂 ,….).
    – Gestionnaire de packets, les ports, les pbi.
    – belle communautée, principalement en anglais.
    – je n’utilise que le terminal pour des trucs techniques à titre personnel (jails, etc….), pas pour maintenir ou mettre à jour ou maintenance à la ****.
    – choix entre la version stable ou la rolling release.

  3. Beau Rapport ( compte -rendu ) Mais en + de 15 ans de Open Source pas un seul SE est capable de tenir 2 mois sans freeze voir bugs et reset d’urgence = MDR
    la preuve est simple 95 % des gens n’ont pas ces produit JAMAIS FINI ( TESTÉ ) et je regarde dans la communauté scientifique = APPLE et les autres linux scientifique « ( avec des dizaines de programmeurs )qui y mettent la main tout les jours …..
    Depuis 1990 jusqu’à 2014 = 24 ans de bruit & du vent la preuve des centaines de distributions incapable de travailler sur un modèle viable et fiable

  4. MDR au fait c’est moi qui est « mdr », belle argumentation bidon et j’aimerais que tu m’explique pourquoi alors j’ai eux des serveurs Linux qui ont eux régulièrement des uptimes de presque 2 ans et j’ai du les fermer uniquement a cause de pannes d’électricité plus longue que la capacité de mes UPS. Je ne peux pas dire la même chose des stupides serveurs Windows qu’il faut stupidement programmer un redémarrage automatique sinon on risque des crashs et/ou ralentissements. Et les macqueux qui prétendent que leurs mac crash jamais mais que malgré tout j’ai vu crasher de mes yeux alors qu’eux faisais tout pour pas qu’on le vois lol et même un extrémiste qu’à bout de nerfs a essayer de défendre l’indéfendable as même avoué ses crashs en essayant de jouer sur les mots lol. Tout les gens a qui j’ai installé une distribution Linux stable en sont heureux et même un était malheureux de ne pas pouvoir jouer a tout ses jeux vidéo sous Linux et ainsi se débarrasser du stupide, lourd et instable Windows mais as été très encouragé de voir Steam porté sous Linux et que la compagnie tente même d’encourager les gens a migrer vers Linux. Viens me dire que c’est tous des imbéciles et je vais être encore plus « mdr ». Et non ils ont pu voir que les distributions Linux sont plus stables et plus performantes que Windows et Mac! C’est l’avenir et lorsque les gens se réveillerons du capitalisme, ça seras presque la mort des OS fermés et propriétaires que sont Windows, Mac OS et autres.

    Et faut faire attention a ne pas confondre Linux qui est un simple kernel d’avec les distributions Linux. Et faut pas comparer les distributions stables et performante comme Debian entre autre d’avec les distributions instables, lourdes et buggé comme Ubuntu et ses dérivés qui malgré tout reste un meilleur choix que Windows 8 ou Mac OS.

    Et j’aimerais aussi que tu m’explique que si les distribution Linux sont si mauvaises que ça, pourquoi qu’on y fait confiance pour des supercalculateur scientifique, dans les satellites, des moteurs de recherche comme Google, la majorité des serveurs web, Amazone et plein d’autres don ça serait trop long a lister toutes les grandes entreprises qui lui font confiance a cause de ses performances, sa fiabilité et sécurité. Viens maintenant tous les traiter de fous et tu pourras bien te ridiculiser 😉

    Désolé mais je ferais jamais confiance a tout ce qui est propriétaires avec du code fermé qui souvent cache des backdoors.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*