Anonymous – Pirates ou altermondialistes numériques ? Peuvent-ils changer le monde ?

We are Anonymous. We are Legion. We do not forgive. We do not forget. Expect us.
Version en français :
« Nous sommes Anonymous. Nous sommes Légion. Nous ne pardonnons pas. Nous n’oublions pas. Redoutez-nous. »

Anonymus
Page couverture du livre Anonymous.

Qui sont-ils ? Que veulent-ils ? Comment sont-ils organisés ?
Pour le savoir, lisez le livre de Frédéric Bardeau et Nicolas Danetet. Visionnez l’entrevue de l’auteur sur France 24 à la fin de l’article.

Les Anonymous… Ce nom intrigue, dérange ou fascine. Il fait trembler les puissants, les autorités, les mafias, les grandes entreprises, les institutions et même les États. Puisant ses racines au plus profond de la culture internet, dans cette cyberculture qui a nourri les hackers et développé des valeurs humanistes propres au numérique, ce nouvel activisme pourrait redéfinir les contours de la lutte sociale. Aujourd’hui, entre altermondialisme et hacktivisme, le mouvement s’étend, se répand comme un virus et se déploie aux quatre coins du monde – un monde que ces « anonymes indignés » et engagés entendent bien changer, voire réinventer à leur manière.

Insaisissables, mais omniprésents, regroupés sous une même bannière et un masque emprunté à un héros légendaire, des milliers d’anonymes se rebellent, revendiquent, s’opposent et défendent avec force des valeurs érigées en absolus, souvent en marge de la légalité, parfois avec un humour potache. Qui sont-ils ? Que veulent-ils ? Comment sont-ils organisés ? S’agit-il seulement de petits génies s’amusant de leurs talents informatiques ou des prémisses d’une lame de fond porteuse d’un véritable message politique ?

À contre-courant des lieux communs, des préjugés ou des fantasmes sur le sujet, les auteurs de cet ouvrage signent une analyse remarquable en multipliant les angles d’observation. Ils retracent en détail la genèse des Anonymous et décrivent leurs principales revendications et faits d’armes. Ils étudient les rapports de ce nouvel activisme avec d’autres formes de contestation – qu’il s’agisse de hackers ou de mouvements altermondialistes traditionnels.

En s’attachant à bien exposer les fondements culturels et sociaux du mouvement, ce livre fournit toutes les clés pour comprendre la véritable nature des Anonymous et pour cerner la réalité mouvante de cette forme inédite de « guérilla informatique, politique et médiatique » qui, à n’en pas douter, n’a pas fini de faire couler de l’encre – et grincer des dents…

Lire hors ligne :

One Comment

  1. André Katalinux

    La plus part des membres savent que j’administre une ressource d’hébergement Web et un service courriel (les deux sécurisés) dont la clientèle vocationnelle (mais non exclusive) est composée de gens qui ont grand besoin d’anonymat, de chiffrement et de sécurité : des personnes et des groupes qui sont habituellement sujets de tabou.

    Mon expérience d’Anonymous, d’un point de vue de propriétaire-gestionnaire de réseau et de machines est moins positive que cet article. Anonymous est contaminé par les mêmes préjugés que le commun des mortels et ne se gêne pas pour utiliser toute sa puissance pour attaquer ceux qui ne leur plaisent pas ou qui dérangent leur conception de la liberté ou de la morale.

    De Robin des bois du Web, défenseurs des plus « faibles », ils sont passés à Justiciers autoproclamés du Web, avec des tactiques de hooligans et de casseurs. Maintenant, depuis quelques mois, lorsque nous cherchons un fournisseur (VPN, proxys, registraire, etc.) nous leur demandons s’ils sont assez solides et courageux pour résister aux pressions et aux menaces d’Anonymous. Heureusement, il y en a.

    Le pouvoir corrompt, dit-on . . .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*