Chute des valeurs du logiciel libre et perte d’influence de la FSF

Voici un article publié sur linuxfr.org résumant l’article de langue anglaise paru sur le site de datamation.com et montrant la perte d’influence de la Free Software Foundation (FSF) et du logiciel libre.

Free Sofware FondationUn article intéressant 7 Reasons Why Free Software Is Losing Influence sur la chute des valeurs du logiciel libre et de la position de la FSF (Free Software Foundation) dans le monde informatico-mondialisé.

Trop de causes à défendre, trop peu de moyen :

La FSF a 1 million de dollars de budget par an. Face aux géants du milieu, Apple, Oracle, Microsoft… Ce n’est même pas l’équivalent de leur budget café.

Difficulté de recrutement et démotivation des anciens :

Comme toutes associations, les anciens se lassent, c’est normal. Mais ils ne sont pas remplacés par des jeunes. Ces derniers sont plus intéressés par hacker sur iOS que de bosser sur GNU. Ce manque d’attractivité et de renouvellement est un problème.

Debian is dying, tué par ubuntu

Tel Brutus, Ubuntu a éclipsé la distribution phare d’il y a 5 ans. Et l’influence de la FSF est bien moindre avec Canonical que sur cette superbe distribution qu’est Debian.

Difficulté de s’occuper des nouveaux marchés

Les technologies récentes (cloud computing, e-books, téléphonie mobile, notamment Android, plateformes sociales…) n’ont pas pu être correctement traité par la FSF et les développements libres. Le fait que ces plateformes soient globalement bien maîtrisées par les industriels (contrairement à la plateforme PC) est un vrai problème. Et ignorer ses technologies est une très mauvaise idée et c’est la tentation première.

Ce qui est paradoxal, c’est que beaucoup de ses nouveaux business s’appuient sur des briques libres, mais dans un rôle d’infrastructure ou de promotion uniquement et surtout sans la philosophie engendrée par le mouvement.

Le schisme de la GPL

Alors que la GPLv2 était un facteur de réunification des développements (tous sous une même bannière), la sortie de la v3 a découpé les fragiles communautés en 2 camps. C’est toujours facteur de stress.

Intégrisme dans les positions de la FSF

La FSF refuse d’apparaître dans les conférences qui n’utilisent pas le terme GNU/Linux. Je comprends les raisons et je les respecte, mais il est évident que en refusant le dialogue, cela coupe la FSF d’une partie des communautés. Et ces communautés perdent un peu leurs racines, donc de force de conviction.

Richard Stallman, le gaffeur

RMS est évidemment un moteur du mouvement, personne ne peut lui contester ce titre. C’est un personnage, et des fois un personnage qui dérange. On se rappelle sa sortie contre Steve Job, qui n’a pas forcément été compris par tous.

Voilà quelques raisons qui permettent de se rendre compte que rien n’est gagné et que tout reste à faire.

PS : C’est une interprétation libre du document original, certains des points de vues sont les miens, donc, n’hésitez pas à aller lire la source.


[Article initialement publié sur linuxfr.org sous licence Creative Commons | Auteur : coïn]


One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*