GNOME 3.0 : le grand saut?!

?L’environnement de bureau du projet GNU a livré sa version 3.0, tant attendue. Contrairement au poisson d’avril de Vincent Untz, la version 3.0 n’est pas repoussée une troisième fois?!

La branche 2 ne verra pas de nouvelle version majeure. La version 2.32 sera maintenue aussi longtemps que les distributions remonteront des erreurs.

Pour l’utilisateur

Cette version est disponible dans pas moins de 50 traductions complètes et bon nombres de traductions partielles.

Avec une configuration encore plus épurée que son prédécesseur, GNOME 3 propose un tableau de bord unique en haut de l’écran. La messagerie et la recherche sont disponibles par défaut. Les bulles de notifications sont moins envahissantes, mais l’utilisateur peut demander plus de détails, voire ré-afficher une bulle.

Le gestionnaire de bureau GNOME?Shell

Le plus visible des changements est certainement le remplacement du tableau de bord par GNOME?Shell. Cette interface de bureau change profondément la manière d’interagir avec le système et les applications.

La manipulation des fenêtres inclut des nouveautés issues de Windows?7 et des gestionnaires de fenêtres «?pavants?», tel le placement sur la moitié de l’écran. Les espaces de travail sont plus facilement utilisables par le glisser-déposer, des aperçus et une gestion automatique. Le bureau propose facilement une vue d’ensemble de son activité via des écrans synthétiques.

GNOME?Shell a été conçu pour être le plus universel, c’est?à?dire qu’il convient autant aux grands écrans qu’aux petits, à la souris qu’à l’écran tactile. Il joue aussi bien le rôle de bureau que de gestionnaire de fenêtres, et nécessite une prise en charge d’OpenGL.

L’antique tableau de bord est toujours disponible en repli. Il reçoit quelques modifications pour éviter aux utilisateurs de pourrir leur configuration : déplacement d’applet, du tableau de bord, etc..

Le tableau de bord

Le Panneau

En haut du bureau, on retrouve le tableau de bord de GNOME?Shell. Celui?ci ressemble beaucoup, à première vue, à celui de GNOME?2. Cependant, il a été épuré et ne contient plus la liste des fenêtres actives.

Sur la gauche du panneau, on retrouve un raccourci vers l’aperçu des activités. Au centre, une vue sur la date courante qui permet l’accès au calendrier et les fonctionnalités associées que l’on retrouve dans Evolution. Sur la droite, se trouve l’habituelle zone de notification système. Elle regroupe l’accès à la gestion du volume sonore, du Bluetooth, du réseau filaire ou Wi?Fi, de l’accessibilité, de la messagerie instantanée et du compte de l’utilisateur.

L’aperçu des activités

GNOME?Shell intègre un nouveau concept regroupé sous le terme d’activités. Les activités incluent tout ce qui touche à la gestion des applications. L’aperçu d’activité permet ainsi :

  • d’organiser l’agencement des applications sur les différents bureaux virtuels, via un système intuitif de glisser?déposer ;
  • d’accéder rapidement aux applications par raccourcis visuels sur le dock appelé Dash ;
  • de retrouver ses applications organisées par thèmes dans une liste d’icônes ;
  • de rechercher des activités via une barre de recherche intégrée.

1 – Le Dash

Le Dash permet d’accéder rapidement à ses applications favorites, ainsi qu’à celles qui sont déjà lancées. Ainsi, le Dash combine les fonctionnalités du précédent panneau de GNOME?2 qui listait les fenêtres, et celle des raccourcis bureau permettant de lancer ses applications courantes.

2 – La vue des fenêtres

La vue des fenêtres permet d’accéder et d’organiser ses fenêtres dans des bureaux virtuels. On retrouve au centre les miniatures des fenêtres ouvertes sur le bureau courant. Sur la droite, se trouve la liste des bureaux virtuels crées par l’utilisateur. Pour déplacer une fenêtre sur un nouveau bureau, il suffit de glisser?déposer la fenêtre dans le bureau souhaité.

Fenêtres

3 – La vue des applications

Dans cette vue, toutes les applications sont regroupées dans un ordre défini par l’utilisateur. On peut cependant accéder à ses applications par thème, en cliquant sur celui?ci dans la liste proposée sur la droite. On peut glisser?déposer une application sur le Dash, afin d’y accéder plus rapidement par la suite.

Applications

4 – La recherche d’activités

En haut à droite de l’aperçu d’activités se trouve un accès rapide à la recherche de ses activités. La liste qu’elle contient s’affine au fur et à mesure que l’on tape des caractères dans la barre de recherche.

Recherche

Le centre de préférences

GNOME?3.0 met désormais en avant le centre de préférences façon Mac?OS?X, qui était déjà présent dans la version précédente où il manquait de visibilité. Les utilisateurs pourront naviguer dedans plus aisément que dans l’interminable menu préférences, et rechercher des panneaux de configuration. GNOME?3.0 arrive avec quelques panneaux de configuration supplémentaires que chaque distribution proposait à sa manière : choix de la langue, date?&?heure et imprimantes.

System Settings

Navigateur de fichiers

Nautilus, le navigateur de fichiers change sa barre latérale pour une version proche de celle dufinder de Mac?OS X : les éléments sont groupés par type. On notera la disparition de la barre d’état, ainsi que la fusion de la barre d’adresse avec la barre d’outils, le tout dans une mouture grandement simplifiée.

Nautilus

Navigateur Web

Epiphany, qui s’appuie sur WebKit et Libsoup, en tire quelques optimisations et nombre de corrections de bogues. On compte parmi les nouveautés :

  • un gestionnaire de téléchargement non?intrusif (sans fenêtre surgissante «?popup »)?;
  • une barre d’état flottante?;
  • de nouvelles pages d’erreur?;
  • le support de la géolocalisation, avec confirmation de l’utilisateur final.

Epiphany

À noter que Flash ne marche pas avec GTK+?3.0, probablement en raison des changements radicaux de la gestion du moteur graphique.

Éditeur de texte

GEdit, un logiciel GNOME de pointe, dont est issue la base des boîtes de dialogue sans fenêtre surgissante (popup), de libpeas et d’autres, arrive avec une bonne dose de nouveauté :

  • support des fichiers compressés?;
  • gestion des documents avec des caractères invalides?;
  • les groupes d’onglets.

Gedit

Autres nouveautés en vrac

  • Cheese inclut de nouveaux effets, ainsi que des effets configurables par l’utilisateur.
  • Evince permet de créer de marque-pages dans les documents en cours de lecture.
  • Eye of GNOME est plus rapide et possède un nouveau système de plugins.
  • Totem 3.0 améliore la lecture audio et vidéo en streaming.

Pour les développeurs

GNOME?3.0 devrait être peu coûteux pour les développeurs, dans la mesure où la majeure partie des changement sont déjà disponibles depuis plus d’un an.

Anjuta

Anjuta 3.0 apporte son lot de nouveautés :

  • un nouveau gestionnaire de projets qui supporte plus de amplement les autotools ;
  • une nouvelle interface utilisateur pour gérer les projets Git ;
  • une meilleure intégration avec Glade, incluant le support du glisser-déposer pour les signaux?;
  • la fonctionnalité de recherche intégrée ajoute le support du remplacement des expressions rationnelles?;
  • un project wizard adapté aux nouvelles bibliothèques de GNOME 3.

Nettoyage des API

La migration des applications GNOME?2 se résume à l’abandon de beaucoup de bibliothèques tierces à l’avantage de GTK+?3.0 : libgladelibsexylibegggnome-vfsbonobogconflibgnome,libgnomeui sont obsolètes depuis le projet Ridley. De même, le dessin des widgets doit se faire avec Cairo et non plus GDK.

Les développeurs C ne doivent plus accéder directement aux membres des structures et n’inclure qu’un seul entête par bibliothèque.

À noter la popularisation de GObject introspection. Cette technologie permet de proposer automatiquement des passerelles entre le langage C et les langages de plus haut niveau (C++, Python, Perl, Ruby, etc.). GNOME confirme ainsi son leitmotiv : programmez dans le langage qui vous plaît?!

DConf remplace le vénérable GConf. GTK+?3.0 embarque l’API GSettings qui permet d’interroger DConf sous UNIX ou la technologie correspondante sur le système de l’utilisateur. Il faudra donc prendre soin de migrer les schémas.

Quelques adaptations pour une meilleure intégration

Pour les fichiers d’interaction avec le bureau (« .desktop ») — norme freedesktop.org commune aux différents environnements de bureau (GNOME, KDE, XFCE…) — un soin particulier a été apporté pour distinguer le nom de l’application (ex : Rhythmbox) du nom générique (ex : Lecteur de musique). Ces détails sont importants pour que l’application s’intègre bien dans le shell.

Un nouveau type d’icônes apparaît : les icônes symboliques. Il s’agit d’icônes monochromes ou presque, utilisées par le tableau de bord en tant qu’indices dans les champs textes et les listes, ainsi qu’en surimpression de plein écran (ex : bouton lecture en plein écran).

Les applets de préférences doivent être migrées vers des panneaux de préférences, intégrables dans le nouveau centre de contrôle.

GTK+?3.0 comme fondement

À ceci, il faut ajouter que la plupart des changements liés à une migration sont relatifs à GTK+?3.0. Pour rappel :

  • le changement du moteur d’affichage GDK est maintenant dynamique. Ainsi, GNOME pourra utiliser le serveur X ou Wayland, sans avoir besoin d’être compilé spécifiquement pour chaque serveur?;
  • GTK+ supporte à présent les différents paradigmes multi-pointeurs (cf. X Input Extension 2)?;
  • apport de la syntaxe CSS au style GTK+?;
  • calculs de mise en forme plus élaborés (« largeur-pour-hauteur » et réciproque)?;
  • nouveaux widgets : bascule, sélecteur d’applications, grille.

Voir la dépêche sur GTK+?3.0 pour plus de détails.

Un effort de communication

Le site dédié propose depuis plusieurs semaines un Live?CD permettant de se faire une idée. Des vidéos, captures d’écran, FAQ et textes présentent les nouveautés. Un réel effort de marketing a été fait pour redorer le blason. Le site inclut même un compte à rebours de la date finale.

Partout dans le monde, des contributeurs et utilisateurs de GNOME organisent des festivités pour marquer ce moment historique du projet.

[Article publié  sur linuxfr.org| Auteur (page persojabber id) |  sous licence Creative Commons (CC BY-SA)]

Lire hors ligne :

6 Comments

  1. SI je ne me trompe pas, Gnome 3 n’est pas proposé dans la nouvelle mouture d’Ubuntu, la 11.04, où Unity doit (devait? il semble qu’on hésite, à moins de 2 semaines avant la sortie officielle) prendre la relève de Gnome 2. À l’oeil (mais pas à la pratique, je n’ai essayé ni l’un ni l’autre), Gnome Shell et Unity semblent avoir beaucoup en commun, en matière de réorganisation du bureau. Je ne comprends pas pourquoi Canonical n’a pas mis tous ses efforts dans le développement de Gnome Shell, plutôt que de se lancer dans un autre gestionnaire de fenêtres qui de toute évidence ne sera pas au point avant quelques lunes…

  2. Gilles Thouin

    Gnome shell 3.0, dites-vous? D’où vient-il?
    Il remplace la version 2.32. dites-vous? Grand bien me fasse.
    Mais encore! Moi je fonctionne avec Ubuntu 10.10.
    Est-ce que la version 2.32 fonctionnait sous Ubuntu 10.10?
    Et Ubuntu 11.04 qui arrive. Sera-t-il équipé de Gnome shell 3.0 ou de Unity?
    Pourquoi me parler de Gnome shell 3.0 si la 11.04 fonctionne avec Unity.
    Est-il préférable d’utiliser Gnome shell 3.0 ou Unity?
    Pourra-t-on installer Ubuntu 11.04 tout en remplaçant Unity par Gnome shell 3.0?
    Est-ce recommandable?
    Et on me dit que Flash ne marche pas avec GTK+?3.0. Ah! Oui!
    Est-ce que Flash était intégré dans la 10.10 ou fallait-il le rajouter?
    Est-ce que Gnome shell 3.0 intègre GTK+?3.0?…. et Unity?
    Il me semble que nous avons là un bon sujet de discussion pour le 21 avril prochain.

  3. Moi personnellement j’ai quitté les distributions Ubuntu étant insatisfait des 10.x et Unity je le déteste et n’auras jamais sa place dans mon ordinateur. Pour ce qui est de Gnome 3 j’aime pas non plus même si on promet un mode fallback, mais qui est plus buggé que le mode normal. Je me prépare déjà a changer d’environnement de bureau et mon choix final n’est pas encore fait entre LXDE, XFCE et Enlightenment. Pour OpenBox c’est trop minimaliste. Pour le moment je penche plus vers XFCE.

    Le passage de Gnome 2.32 vers 3.x me fait pensé a celui que j’ai vécu avec KDE 3.5.x ver 4.x. J’ai détesté le KDE 4 et c’est pour ça que je suis avec Gnome aujourd’hui et risque encore de changer n’aimant pas le Gnome 3 et je suis très loin d’être le seul… Sur les forums et blogs techno on vois que la team Gnome vas perdre une grande partie de ses utilisateurs actuel avec ce changement et ceci inclus moi. J’ai même vu certains de la team Gnome être arrogant comme Canonical avec sont Unity… J’ai l’impression de voir l’esprit communautaire du libre en prendre un bon coup ces dernier temps et que dire de l’affaire de Canonical avec Banshee don Canonical a démontrer une très grande gourmandise monétaire et c’est mis a dos une grande partie de la communauté…

    http://www.xfce.org/
    http://lxde.org/
    http://www.enlightenment.org/
    http://openbox.org/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*