Installer LibreOffice 3.3 RC2 sur Ubuntu

LibreOffice (souvent abrégé en LibO) est une suite bureautique, dérivée directement de OpenOffice.org, créée par The Document Foundation. Cet embranchement a eu lieu le 28 septembre 2010, dans la continuité du rachat de Sun Microsystems par Oracle.

Présentation

C’est donc le remplaçant de notre bon vieux OOo et en même temps la première version que sortira The Document Foundation

 

Cette première mouture se démarque assez peu de son aînée, OpenOffice.org. Des bugs ont été corrigés et la vitesse d’exécution est meilleure. La communauté de développeurs de The Document Foundation est en rodage et sa priorité est de coordonner les efforts de l’ensemble de ses membres.

Mais les grands changements arrivent, et je pense que le fait de se libérer d’Oracle va pousser la communauté à avancer plus rapidement, et à retravailler sur du neuf. En lisant l’ interview de Charles. H. Schulz sur 01net, nous apprenons notamment que LibreOffice va se servir de la version 3.3 pour se lancer définitivement. Les prochaines grandes étapes sont en réalité la réécriture complète du module tableur (non de code Ixion), puis par la suite la réécriture du module Write (et là, chez LibreOffice ils ont vraiment beaucoup d’ambition … cf ci-dessous un extrait de l’interview)

Quels sont les axes de développement de LibreOffice, et en quoi va-t-elle au fil du temps se distinguer et se différencier d’OpenOffice.org ?
Il faut être clair : le code est vieillissant, cela fait des années qu’on le dit, et cela commence à devenir urgent. On ne peut pas continuer ainsi. Cela implique une réécriture, qui nous donnera les moyens d’évoluer dans les prochaines années à venir. OpenOffice, LibreOffice, et tout logiciel qui s’appuie sur ce code ou les mêmes concepts, dans 5 ans, ce sera « mort ». LibreOffice 3.3 est déjà plus rapide qu’OpenOffice.org, possède de nouvelles fonctions, corrige plein de bugs. Nous avons déjà commencé à faire le ménage. D’ici à 6 mois ou à un an, les utilisateurs vont commencer à voir les choses vraiment changer.

Quels sont les chantiers, justement ?
Le premier est la réécriture complète du tableur, qui est commencée. Le nom de code du prochain tableur est Ixion, qui vise à être plus puissant qu’Excel dans sa forme actuelle, et à terme, ambitionne de changer la façon dont on utilise les tableurs. Le futur logiciel va pouvoir s’interfacer avec d’autres technologies, comme des logiciels de calcul financier, pour être un outil très performant.
Nous voulons aussi revoir tout le traitement de textes. Cela nous fait un peu mal au cœur, parce que c’est traditionnellement le point fort d’OpenOffice, un logiciel très stable, puissant, qui se voulait, en plus du texte, un outil de DTP [desktop publishing, ou PAO, NDLR]. Pendant des années, on a profité de cette puissance sans vraiment innover. On est en train d’évaluer un nouveau moteur qui a commencé à être écrit, mais pas dans le projet LibreOffice.
Nous prévoyons aussi de revoir Impress [outil de présentation multimédia, NDLR], mais nous n’avons encore rien de concret sur ce point.

Par la suite, l’un des points important pour la continuité de LibreOffice sera la refonte de l’interface graphique comme Microsoft a pu le faire avec Office 2007 et plus. Ils ont vraiment bien étudié l’interface utilisateur. Même si beaucoup de Linuxien aiment l’interface sobre de OOo ou LibO, M$ Office est, avec un peu de pratique, d’adaptation, vraiment super d’utilisation. Mais là encore ce n’est qu’un jugement personnel.

Installation

Bon revenons à nos moutons. Comment installer OpenOffice.org LibreOffice en français sur notre petit Ubuntu.

Très simple, ouvrez un terminal et tapez :

sudo add-apt-repository ppa:libreoffice/ppa
sudo apt-get update
sudo apt-get install libreoffice libreoffice-gnome libreoffice-l10n-fr libreoffice-help-fr

Tout simplement. Ceci supprimera votre ancien OpenOffice.org et installera LibreOffice 3.3 RC2 et se mettra à jour automatiquement avec les dernières version de la suite Bureautique.

 

Maintenant, est ce que The Document Foundation trouvera assez de ressources pour continuer et perdurer ? A mon avis oui, car ils ont déjà le soutien de Canonical, RedHat, Google … Mais il ne faut pas oublier qu’Oracle continue le développement de OpenOffice.org (actuellement en version 3.3 RC8) et maintenant, avec la suite Lotus Symphony développée par IBM avec les sources de OpenOffice 3 (suite bureautique gratuite mais non libre).

[Billet initialement publié sur le blogue de Le Blog de SckyzO]

5 Comments

  1. Article pertinent pour rester informé des suites du rachat par Oracle de Sun Microsystems et de sa suite bureautique. Mais personnellement, puisque Writer est l’un de mes instruments de travail et que «jusqu’ici, tout va bien», je resterai collé à Open Office jusqu’à ce que Libre Office soit proposé officiellement par Canonical. Ce qui ne m’empêchera pas de mettre à l’épreuve LibO sur un portable qui n’attend que ça…
    Par ailleurs, le «fork» de OO en LibO ne risque-t-il pas de brouiller la perception du public à propos des logiciels libres en général et de l’un de ses plus illustres étendards en particulier? Le nouveau destin de OO, qui était l’exemple parfait à côté de Firefox de la pertinence et de la nécessité des logiciels libres, prête le flanc à une critique qu’on sent venir: le développement à long terme des logiciels libres n’est jamais assuré… (comme si d’ex-géants du logiciel n’avaient jamais vu de leurs produits phares s’éteindre…) D’autant plus qu’Oracle maintient le développement d’OO, ce qui va contribuer à mêler les cartes et à pousser les indécis et les décideurs inféodés au marché à opter pour la branche corpo d’Office.
    Mais reste que vaut mieux une nouvelle pousse qu’un tronc contaminé aux OGM!

    1. pie2r

      La naissance de la Document Foundation a reçu de très nombreux soutiens, et non des moindres : la Free Software Foundation, l’Open Source Initiative, Google, Red Hat, mais aussi le consortium OASIS, la fondation Gnome, ou encore Canonical, par la voix de Mark Shuttleworth :

      “ La suite bureautique est un composant critique de l’environnement de bureau libre, et le projet Ubuntu sera enchanté de livrer LibreOffice de la Document Foundation dans les futures versions d’Ubuntu. Les ressources de la Document Foundation autour de LibreOffice fournissent aux développeurs d’Ubuntu un précieux espace de collaboration autour du code, qui fait d’Ubuntu une solution de bureau efficace. ”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*