Écologie et informatique libre

Taiwan - Illegal Dumping
Photo: ruel_ke

Deux entreprises de réinsertion se montrent socialement responsables.
Que faites-vous de vos appareils électroniques désuets? Les mettez-vous en bordure du trottoir en espérant qu’un récupérateur les ramasse pour en extraire quelques éléments de valeur avant que les éboueurs les embarquent dans la benne à ordures et qu’ils contribuent à surcharger les sites d’enfouissement?

Je suis sûr que votre conscience sociale (après tout, vous avez adopté dans votre vie quotidienne le logiciel libre!) vous enjoint de les proposer à une entreprise de récupération et de revente de matériel, de préférence une entreprise de réinsertion sociale. Bonne idée! Mais choisissez bien votre entreprise!

Certes, Insertech Angus, pour ne nommer que celle-là, accomplit sans doute très bien son mandat de formation et de réinsertion des jeunes. Mais visitez son site et cliquez sur le volet Boutique et services, et vous verrez où je veux en venir… Machines roulant sous Windows 7, formation à Microsoft Word, comment se débrouiller dans un environnement Windows… Ce n’est pas vraiment le genre d’entreprise, fût-elle bien intentionnée, avec laquelle je veux faire affaire.

Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai l’impression que la vaste majorité de ces entreprises, qu’elles aient un caractère social ou commercial, suit le même courant que la masse des utilisateurs de l’informatique propriétaire.

Si on initie de jeunes décrocheurs à l’informatique, mais qu’on leur enseigne essentiellement Windows, peut-on toujours appeler cela «Initiation à l’informatique»? De plus, leur enseigne-t-on à développer leur indépendance d’esprit, leur sens de la débrouillardise, leur conscience sociale, leur esprit critique, si on les asservit aux logiciels propriétaires?

Lorsqu’on récupère et qu’on remet sur pied de vieilles machines pour les revendre, quelle bonne affaire l’acheteur fait-il s’il lui faut débourser plus cher pour son système d’exploitation que ce que vaut la machine remise à neuf? Et comme Microsoft abandonne ses anciennes versions de Windows pour forcer ses millions d’utilisateurs à migrer vers la plus récente mouture, il y a peu de chances que celle qui se vend actuellement, W7, se sente à l’aise dans une minoune qu’on a voulu sauver de la casse, et qui y retournera donc… (Suis-je en train de dire que Microsoft est en partie responsable d’accélérer la désuétude des ordinateurs et de saturer les sites d’enfouissement de déchets toxiques?)

J’ai découvert aujourd’hui, en allant faire un tour à l’évènement Le Grand Débarras 2010, rue Sainte-Catherine Est, deux petites entreprises qui vont à contre-courant de cette lourde tendance. Pour que le mot réutilisation prenne vraiment tout son sens, je vous les présente donc illico.

Recyc-ordi s’occupe de récupérer, recycler et réduire les déchets électroniques de tout ordre: ordinateurs, imprimantes, magnétoscopes, appareils photo… Au-delà de leur principale spécialité qui consiste à offrir des services de collecte à domicile, à démonter les équipements, à trier et récupérer les divers matériaux et matières premières qui les composent, à rendre irrécupérables les données des disques durs et CD, ce qui nous intéresse, c’est ce qu’ils font de l’équipement informatique encore fonctionnel.

Entre en jeu la deuxième entreprise que je vous présente. C’est Techno-Écolo qui récupère les ordinateurs de Recyc-ordi. La première question que j’ai posée aux deux jeunes qui représentaient Techno-Écolo, c’est: «Lorsque vous avez remis en état de marche un ordinateur, avec quoi le faites-vous tourner?» Je les attendais dans le détour, avec un discours digne d’un missionnaire oblat. Eh bien, j’ai remballé mon prêche net. La réponse a été immédiate: «Ubuntu!» Ai-je besoin d’en dire davantage? Visitez leur site, un wiki, sur lequel vous trouverez une véritable prise de position en faveur des logiciels libres. Voilà ce qui s’appelle prendre ses responsabilités sociales. Et vous, prendrez-vous les vôtres le jour où vous vous déferez de votre minoune?

Connaissez-vous d’autres entreprises qui misent sur le libre pour redonner vie aux ordinateurs à bout de souffle?

4 Comments

  1. Pingback: Tweets that mention Écologie et informatique libre « Club Linux Atomic -- Topsy.com

  2. Une entreprise non, mais l’association Montpel’libre récupère aussi les ordinausores de manière à les recycler sous linux dans des lieux ou il sont en accès libre. Cette démarche a deux aspects, le premier elle permet de faire découvrir le hard et les différentes technologies pendant le désossement et la reconstruction aux nouveaux en informatique. Et un deuxième aspect social qui lutte contre la fracture numérique en offrant en accès libre gratuit à ces machines, accompagné de nombreuses conférences et cours gratuits sur les logiciels linux.

    1. En effet temps ici à Montréal c’est la  » plaie  » dans le domaine des revendeurs et de recycleurs qui sont trop  » Pro- microsoft  » étant trop content de faire un boni 🙁 sur la revente de la licence de du système embarquer c’est pour faire une allusion a un autre secteur d’activité c’est comme si les vendeur DE BAGNOLE usagé te revendrait une garantie prolongée alors que ça fait belle lurette que ta garanties de départ est expirée. Ce qui augmente le coût du rachat et qui fait de cet appareil un trop gros montant que sa valeur réel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*