Le logiciel libre: comment ça marche ?

Les linuxiens développeursPour aider à sensibiliser de nouveaux publics aux enjeux du logiciel libre, le groupe de travail Sensibilisation de l’April a créé le dépliant « Le logiciel libre : comment ça marche ? ». Ce document de vulgarisation clair introduit le logiciel libre et donne quelques clés pour approfondir sa compréhension. Le document est sous licence libre et sa diffusion au plus grand nombre est fortement encouragée !

Je vous livre une partie de ce document.

Un logiciel libre est un programme informatique dont les méthodes et techniques de conception sont accessibles et modifiables par tous. Il accorde quatre droits fondamentaux aux utilisateurs :

  • le droit de l’utiliser sans restriction d’usage,
  • le droit d’en étudier son fonctionnement grâce à sa recette de fabrication (son code source) disponible,
  • le droit de le distribuer à ses proches ou à toute autre personne,
  • le droit de le modifier pour l’adapter à ses propres besoins.

Le processus de conception

1.  Les prémices du logiciel libre
Un programmeur développe une ébauche du logiciel partiellement fonctionnel ou avec un minimum de fonctions. Même inachevé, il publie l’ensemble sur Internet avec le code source accessible afin de recueillir un maximum de retours. Cette première publication est l’occasion d’inviter d’autres programmeurs à par­ticiper pour en accélérer le développement.

2.  Les premières contributions
La disponibilité du code source permet à d’autres programmeurs d’étudier la conception et le fonc­tionnement du logiciel. Ils peuvent proposer des améliorations, ajouter des fonctions ou prendre en charge une partie de la programmation. Après de multiples tests techniques réalisés par des programmeurs pour vérifier son bon fonctionnement, il est proposé aux utilisateurs.

3.  Les premiers essais de fonctionnement
Les utilisateurs téléchargent et installent le pro­gramme. Ils testent les nouvelles fonctions et peuvent, s’ils le souhaitent, participer à l’identifica­tion des erreurs en signalant les problèmes qu’ils ont rencontrés. Rapporter ces dysfonctionnements permet aux programmeurs d’améliorer le logiciel. Ils peuvent aussi proposer des ajouts de fonction­nalités pour diversifier son champ d’application.

4.  Les modifications à apporter
Les programmeurs résolvent les erreurs, comblent les failles de sécurité, ajoutent des fonctionnalités progressivement selon les demandes ou en suivant la feuille de route qu’ils ont établie. Les orientations du logiciel sont déterminées en concertation avec les divers programmeurs du projet et les utilisateurs les plus impliqués.

5. L’utilisation à plus grande échelle
Le logiciel est utilisé par un plus grand nombre d’utilisateurs et ceux qui le souhaitent peuvent de nouveau signaler les erreurs rencontrées. Certains proposent des traductions dans différentes langues, d’autres peuvent choisir de rédiger le manuel d’utili­sation. Ils assurent sa diffusion en le recommandant à de futurs utilisateurs.

6. L’évolution rapide des fonctionnalités
Après l’ajout de fonctions, l’intégration de différentes langues et l’ajout d’un manuel d’utilisation, le logiciel est de nouveau publié. Le cycle d’amélioration se poursuit entre utilisateurs, programmeurs, tra­ducteurs et toute autre personne souhaitant se joindre au projet pour le faire évoluer. L’ensemble de ces contributeurs forme désormais une communauté autour du logiciel.

Qu’est-ce que le « code source » ?
Les logiciels sont écrits dans des langages de programmation com­préhensibles par les êtres humains sous forme de fichiers textes qui constituent « sa recette de fabrication » : c’est le code source. Celui­-ci doit être traduit en code machine (composé d’une suite de chiffres) pour être compris par un ordinateur et pouvoir fonctionner. La mani­pulation inverse, retrouver le code compréhensible depuis le code machine est impossible. La plupart des logiciels du commerce sont fournis sous cette forme, ce qui exclut la possibilité de savoir com­ment ils sont programmés, comment ils fonctionnent et s’ils vous espionnent à votre insu.

Pourquoi les informaticiens travailleraient-­ils gracieusement ?
Même si c’est souvent le cas, les logiciels libres ne sont pas forcé­ment gratuits. La vente de formation, de support, d’assurance ou tout autre service autour du logiciel est pratiquée. Il existe différents mo­dèles économiques permettant de gagner de l’argent avec des logi­ciels libres. Une grande part de ces programmeurs sont employés par des entreprises, pour contribuer et faire évoluer les logiciels pour lesquels elles ont un intérêt. Le logiciel libre permet de mutualiser les efforts de chacun et de bénéficier des améliorations de tous les contributeurs.

Lire hors ligne :

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*