Cloud computing, informatique dans le nuage, informatique dématérialisée ou infonuagique

Lorsqu’il s’agit de traduire un terme anglais dans la langue de Molière et surtout dans les domaines de l’informatique et de l’Internet, il existe une période de flottement. Exemple, le mot courriel a pris plusieurs années avant que le Québec et la France se mettent en accord. Finalement, c’est le terme de l’Office québécois de la langue française (OQLF) qui a prévalu.

Vous connaissez l’infonuagique? C’est le terme choisi par l’OQLF pour traduire cloud computing. Pour votre information voici les explications que l’OQLF donne pour appuyer sa décision.

Infonuagique

Définition
Modèle informatique qui, par l’entremise de serveurs distants interconnectés par Internet, permet un accès réseau, à la demande, à un bassin partagé de ressources informatiques configurables, externalisées et non localisables, qui sont proposées sous forme de services, évolutifs, adaptables dynamiquement et facturés à l’utilisation.

Note
Dans le monde informatique, le nuage (cloud en anglais) est l’image généralement utilisée pour symboliser graphiquement Internet.
L’infonuagique, c’est en fait l’informatique vue comme un service et externalisée par l’intermédiaire d’Internet. Elle fait référence à l’utilisation de la mémoire et des capacités de calcul des ordinateurs et des serveurs répartis dans le monde entier et reliés par Internet. Les ressources informatiques mises en commun et rendues ainsi disponibles à distance peuvent être, entre autres, des logiciels, de l’espace de stockage et des serveurs.

Le terme infonuagique, créé sur le modèle d’infogérance (formé d’informatique et de gérance), à partir des mots informatique et nuagique (synonyme peu fréquent de nuageux), de même que les termes informatique intranuage et informatique nuagière, ont été proposés, en novembre 2009, par l’Office québécois de la langue française comme équivalents français possibles de cloud computing. Infonuagique, tout comme informatique, peut aussi s’utiliser comme adjectif (ex. : les services infonuagiques).
Les mots formés avec le préfixe intra– (signifiant « à l’intérieur de ») s’écrivent sans trait d’union lorsque ce préfixe est suivi d’un mot commençant par une consonne (ex. : intranuage, intrajeu, intracellulaire). L’adjectif intranuage remplace avantageusement « dans le nuage » ou « dans les nuages » que l’on utilise souvent pour désigner le présent concept.
Inspiré de langagier, l’adjectif nuagier, dans informatique nuagière, vient remplacer nuageux, non retenu en raison de son utilisation particulière en météorologie.
En anglais, l’utilisation fréquente de l’ellipse « the cloud » pour parler du cloud computing a sans doute influencé l’emploi en français de nuage informatique pour désigner ce concept (ce terme correspondant plus logiquement à la séquence anglaise computing cloud)

Ça devient nébuleux… Les messieurs de l’Académie française vont avoir plusieurs décennies de débats sur le mot infonuagique pendant que les Français et les Québécois vont utiliser cloud computing.

3 Comments

  1. diong

    À verser dans le donjon de l’oubli aux côtés de plugiciel. Ils font fausse route en voulant à tout prix traduire le concept derrière le «cloud» anglais par une traduction littérale météorologique. PlugiCIEL, infoNUAGIQUE… Il y a là un paradigme céleste qui m’étonne (éTONNE, comme dans le tonnerre qui surgit des nuages dans le ciel…)

  2. Pingback: Que se passe-t-il au CLA ? | Club Linux Atomic

  3. Pingback: Le Cla utilise le logiciel libre Framadate en infonuagique | Club Linux Atomic

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*